Je n’étais absolument pas préparé aux événements qui se sont déroulés ce soir-là. La journée de travail était terminée. Je suis rentré chez moi, je me suis douché et j’ai appelé ma copine de baise, Pauline. Nous avions prévu d’aller voir un film, mais lorsque je l’ai appelée pour savoir quand elle passerait me prendre, elle s’est excusée et a avoué qu’elle avait d’autres projets. Elle avait oublié qu’elle avait déjà promis d’aller à une fête avec sa colocataire, Karine. Apparemment, l’un des anciens petits amis de Karine devait y être, et Pauline était censée aider à faire en sorte que sa colocataire ne fasse pas « deux fois la même erreur ».

Pauline était géniale, mais quand elle était occupée, je n’avais pas beaucoup de chance. Au début de l’été, tous mes amis avaient quitté la ville après la remise des diplômes du lycée. Mon temps étant principalement partagé entre le travail, les cours d’été de l’université et Pauline, je ne me suis jamais fait d’autres nouveaux amis.

Alors que je décidais quoi faire de mon vendredi soir, je suis sortie pour faire quelques courses. En rentrant chez moi, j’ai vu que la voiture d’Aline n’était plus là. Ce n’était plus inhabituel, car dernièrement, elle passait beaucoup de temps avec sa meilleure amie et partenaire commerciale, Renée. Mais je me suis rendu compte que son absence continue me dérangeait vraiment maintenant.

Aline était ma colocataire de 26 ans, bien que je l’aie connue toute ma vie. En fait, l’appeler ma colocataire est un euphémisme. Nos parents étaient meilleurs amis et voisins bien avant ma naissance, et nous avons été élevés si étroitement que nous étions pratiquement frères et sœurs. Il s’est avéré que la mère d’Aline a lutté contre le cancer pendant de nombreuses années après la naissance d’Aline, et comme le père d’Aline n’a jamais fait partie de sa vie au départ et qu’elle n’avait pas d’autre famille proche, mes parents ont été choisis pour accueillir Aline lorsque sa mère est finalement décédée. Je suppose qu’elle était en quelque sorte une sœur de substitution.

Mes parents sont morts plusieurs années plus tard dans un accident de voiture. À ce moment-là, Aline était la famille la plus proche que j’avais, et à l’âge adulte, elle est devenue mon aide-soignante pendant les années suivantes, jusqu’à mes 18 ans. Avec le départ de nos parents, nous n’avions que nous-mêmes. Nous avons travaillé dur pour conserver la maison dans laquelle nous avions grandi, et nous la partagions maintenant très confortablement en tant que colocataires. J’avais le niveau principal, tandis qu’elle prenait le sous-sol. C’était un excellent arrangement qui offrait plus d’intimité que la situation typique de colocation. Même si nous travaillions aussi ensemble, nous n’avons jamais eu le problème de nous voir trop souvent. Mais maintenant, je ne la voyais presque plus du tout. Avant, nous étions si proches. Maintenant, nous nous parlions à peine, absorbées par nos vies et nos horaires différents. Elle m’a honnêtement manqué. Avec le recul, il est ironique de constater que ce sont les pensées qui me traversaient la tête lorsque je suis entrée dans la maison ce soir-là. Je suis passée devant la cuisine, et une lumière brillant depuis le sous-sol a attiré mon attention. Tous les colocataires ont leurs petites mauvaises habitudes et contrariétés, et laisser les lumières allumées était l’une de celles d’Aline. J’ai descendu les marches et suis entrée dans sa chambre, où, dans le coin le plus éloigné, une lampe halogène était allumée.

J’ai contourné le lit et traversé la pièce, mais juste au moment où j’allais éteindre la lumière, quelque chose a attiré mon attention. Au début, c’est la luminosité du survêtement jaune accroché au dossier de la chaise de bureau d’Aline qui a attiré mon regard. Mais j’ai fait une double prise lorsque la réalisation de ce que je regardais m’a finalement frappée. C’était un… putain… de survêtement jaune.

Si cela n’a aucun sens, laisse-moi t’expliquer. Au début de l’été, Aurélie, une exhibitionniste sexy de 18 ans, a emménagé à côté. Nous ne nous étions jamais rencontrées et n’avions jamais parlé. Au lieu de cela, nous jouions à des « jeux de fenêtre », qui consistaient essentiellement à ce qu’elle se masturbe ou se déshabille pour moi à travers la fenêtre de sa chambre pendant que je me branlais jusqu’à l’orgasme, et vice versa. Une fois, elle a même baisé un mec comme Pauline et je les ai imités. Mais la dernière fois que j’ai profité de l’espièglerie d’Aurélie, c’était en début de semaine, quand je l’ai vue faire une glorieuse séance de soixante-neuf avec une jeune femme blonde qui, avant qu’elles ne baisent, portait un survêtement jaune.

Cet événement excitant a donné lieu à quelques premières dans ma relation avec Aurélie. Premièrement, j’ai appris sa bi-sexualité désormais évidente. Deuxièmement, c’était la première fois qu’Aurélie ne donnait aucune indication qu’elle savait que je l’observais. Mais il semblait maintenant que j’apprenais bien plus que ce que j’avais prévu.

Mon esprit s’est emballé, incapable de comprendre pleinement les possibilités. La fille avec qui Aurélie avait été avait de longs cheveux blonds, tout comme Aline (bien qu’ils aient été, je le reconnais, mis en queue de cheval, ce qu’Aline faisait rarement). La fille avait le même type de corps athlétique qu’Aline, avec une poitrine aussi large. Je n’ai jamais pu voir le visage de la fille – elle était toujours tournée vers l’extérieur ou bloquée par la cuisse d’Aurélie, mais maintenant que j’avais un suspect, les pièces se mettaient en place.

C’était forcément elle. C’était Aline.

J’étais en état de choc. Je n’avais aucune idée qu’Aline était lesbienne, ou bi, ou peu importe ce qu’elle était. Je ne savais même pas qu’elle connaissait l’existence d’Aurélie, et pourtant ils s’étaient fréquentés comme une paire de vieux amants. Était-ce là qu’elle passait tout son temps ces derniers temps ? À manger cette délicieuse chatte poilue chez la voisine ?

Mais quelque chose d’horrifiant m’est alors venu à l’esprit. Je me suis souvenu à quel point voir Aurélie et la blonde m’avait excité. Je m’étais branlé et j’avais joui sur moi-même en regardant Aurélie lécher et baiser cette blonde avec un vibromasseur jusqu’à ce qu’elle atteigne l’orgasme. Pendant les jours qui ont suivi, j’ai fantasmé sur le fait de rencontrer cette blonde moi-même. Je voulais baiser cette chatte juteuse, gifler ce cul serré et jouir partout sur ces gros seins. Et tout ce temps, c’était le corps d’Aline qui était dans mes rêves. Oui, techniquement, il n’y avait rien de mal à cela, mais j’avais grandi avec Aline aussi étroitement que si elle était un vrai frère ou une vraie sœur. Je n’avais jamais pensé à elle de manière sexuelle et je ne le voulais pas.

Je me suis déplacée pour sortir de la chambre d’Aline, passant devant un grand soupirail qui faisait office de sortie de secours vers la cour au-dessus. J’avais un soupçon, alors je me suis arrêtée et je me suis approchée de la fenêtre pour regarder en haut et voir tout ce que sa vue permettait. D’abord, il y avait le ciel nocturne. En dessous, il y avait le sommet de la maison d’Aurélie. Et bien sûr, en dessous, il y avait la fenêtre d’Automne. À cet angle, je ne pouvais pas voir loin dans la chambre d’Automne, mais si Automne s’était suffisamment approchée de sa fenêtre lorsqu’elle s’est exécutée pour moi, il n’y avait aucun doute qu’Aline aurait pu la voir aussi.

Et c’est ainsi, ai-je décidé, qu’elles ont dû se rencontrer.

Je me suis couchée tôt ce soir-là, rongée par un million de pensées, de questions et de craintes. Est-ce qu’Aline avait regardé toutes les petites émissions d’Aurélie ? Aurélie les faisait-elle pour moi, ou pour Aline, ou pour nous deux ? Est-ce qu’Aline et moi nous étions masturbés devant elle en même temps, avec juste un étage entre nous ? Et puis il y avait les cris. Parfois, je pouvais entendre les sons faibles d’une femme hurlant de plaisir, mais ils ne correspondaient pas toujours tout à fait aux expressions faciales d’Aurélie. Je reprochais à la fenêtre de déformer le bruit. Mais maintenant, il y avait une autre possibilité. Est-ce que je m’étais branlé au son des orgasmes d’Aline ?

Tout cela aurait dû me consterner, et pourtant je me suis retrouvée de plus en plus excitée. Je ne pouvais pas nier que le corps d’Aline était à tomber par terre. Je ne pouvais pas oublier toutes ces vilaines choses que j’avais envie de faire à cette blonde avant de connaître son nom. Et je n’ai pas pu m’empêcher de donner des coups à ma queue qui durcissait en visualisant Aline, nue, regardant par sa petite fenêtre et se doigtant la chatte pendant que je venais sur ma fenêtre à quelques mètres au-dessus.

J’ai cédé, caressant ma queue durement et rapidement. Je l’ai d’abord fait au souvenir d’avoir vu Aline enfouir son visage dans la chatte d’Aurélie. Je me suis souvenu que son corps tremblait alors qu’elle atteignait l’orgasme à cause d’Aurélie qui lui léchait le clitoris. Puis le souvenir est devenu un fantasme, et j’ai visualisé Aline frottant ses gros seins sur mon visage, puis autour de ma queue, et enfin me prenant dans sa bouche…

J’ai joui soudainement, tirant une longue chaîne de sperme sur ma poitrine, jusqu’à mon épaule. Je me suis endormi avant de pouvoir me nettoyer, tandis que mes fantasmes devenaient mes rêves.

Je me suis réveillée au son d’une fille qui riait hystériquement. C’était Aline.

Il était un peu plus de deux heures du matin. Je me suis levé, j’ai enfilé mon pantalon à la hâte et je me suis précipité pour voir ce qui se passait. J’ai trouvé Aline à la porte arrière, assise par terre, en train de ricaner. Elle était plus qu’ivre. J’ai vu la forme d’une tête passer par la fenêtre, s’éloigner, mais avant que je puisse bouger pour voir qui c’était, Aline m’avait vu.

« Gavin », a-t-elle dit d’une voix traînante mais heureuse. « Qu’est-ce que tu fais ? » Elle m’a regardé en souriant, ne me laissant pas le temps de trouver une réponse. « Oh, je vois ce que tu fais. Tu as mis Pauline là-dedans, hein ? Pauline ? Pauline. J’aime ce nom, Pauline. Ça me fait me sentir riche. Un Pauline économisé est un Pauline…. comment ça va ? » Puis elle m’a montré du doigt et s’est mise à rire de façon hystérique.

J’aurais souri si je n’avais pas réalisé qu’elle désignait la traînée de sperme encore collée à ma poitrine. Je l’avais complètement oubliée.

« Mais tu lui dis qu’elle… qu’elle doit travailler sa visée », a rigolé Aline.

Je me suis précipitée dans la salle de bain et me suis essuyée, puis je suis revenue et l’ai aidée à se lever.

« Allons te mettre au lit », ai-je dit, et je l’ai guidée avec précaution dans les escaliers du sous-sol. « Qui t’a déposée ? »

« Oh, il faut que tu la rencontres, Gavin. Sais-tu que nous avons une nouvelle voisine qui vit à côté dans la maison du voisin ? L’automne. Je sais que c’est encore l’été, mais c’est… c’est comme ça qu’elle s’appelle. Automne. Tu devrais la rencontrer. Elle est mignonne. J’aime Aurélie. Je t’aime, Gavin. »

« Je t’aime aussi », ai-je dit en la dirigeant vers son lit. « Mais tu dois aller dormir. »

« Oh, non ! » s’est-elle exclamée. « Je ne peux pas aller me coucher. Mon amie va venir. Des trucs de filles. Elle s’appelle Aurélie. Tu l’as rencontrée ? »

« Elle vient ici ? » Je n’arrivais pas à le croire. Je me suis demandé ce qu’Aline pourrait encore divulguer dans son état d’ébriété.

« Oui. Mais nous te laisserons tranquille. Toi et Pauline pouvez retourner baiser. J’ai juste besoin d’aller aux toilettes et de boire de l’eau. Ça va aller. Aurélie et moi allons juste… »

Et puis elle a ri ; un long, fort et espiègle rire.

« Nous ne faisons que parler, d’accord. Ne t’inquiète pas, Gavin. Nous allons juste parler. »

Je l’ai regardée disparaître dans sa salle de bain. Je me suis dirigé vers le soupirail et j’ai levé les yeux pour voir si je pouvais voir Aurélie dans sa chambre. Rien que l’obscurité. Je me suis retournée et dirigée vers la porte, mais j’ai donné un coup de pied à quelque chose qui dépassait de sous le lit et j’ai trébuché. L’objet s’est déplacé dans la lumière projetée par la lune à travers la fenêtre. Il faisait environ 30 cm de long et avait la forme d’un tube. Je me suis baissée pour le ramasser et le remettre là où il était, mais quand je l’ai touché, mes yeux se sont écarquillés. Il était caoutchouteux, ferme et pourtant flexible, avec un bouton à chaque extrémité. Je l’ai approché de mes yeux.

Un godemiché à deux extrémités.

Un craquement provenant des escaliers derrière moi m’a fait sursauter de peur, et j’ai lâché le jouet. Je me suis retournée pour trouver Automne debout dans l’embrasure de la porte, semblant presque aussi choquée que moi. Il faisait encore sombre, car aucun d’entre nous n’avait pris la peine d’allumer les lumières, mais la lueur venant de l’étage était suffisante pour me donner une vue d’Automne qui a envoyé ma bite vers le ciel. Elle était vêtue d’un jean serré et d’un haut en dentelle qui mettait en valeur son ventre plat et accentuait ses seins parfaits à gros bonnet c. Elle portait des talons et ses longs cheveux roux semblaient très fournis et bouclés.

Je ne pouvais pas parler alors que je restais là, figée, ravie et terrifiée de la voir enfin si proche, sans un seul mur entre nous. Je pouvais entendre sa respiration et sentir son doux parfum. Elle n’a rien dit, mais j’ai fondu en voyant ses lèvres se former en un sourire narquois. Elle a tendu la main vers la table de nuit à côté d’elle et a laissé tomber les clés d’Aline. Puis elle a fait quelque chose qui m’avait fait fantasmer depuis que j’avais posé les yeux sur elle pour la première fois au début de l’été : Aurélie s’est approchée de moi.

Elle s’est déplacée lentement, avec un déhanché sexy dans ses hanches qui était très subtil, mais très délibéré. La voir de si près, voir ses muscles rouler sous sa peau douce, ses courbes glisser, ses yeux et ses lèvres scintiller, c’était trop et je me suis sentie défaillir. J’avais très chaud, surtout mon visage, et la pièce a commencé à tourner lentement. Le seul os solide de mon corps était celui qui essayait désespérément de s’échapper de mon pantalon. J’ai ouvert la bouche pour parler, mais Aurélie a levé son doigt sur ces lèvres pleines et humides pour me faire taire.

Aurélie s’est rapprochée, puis elle était juste là, devant moi, et j’étais tellement bouleversé que je ne savais pas quoi faire. Sentant peut-être cela, Aurélie a tendu la main et l’a posée sur ma poitrine nue. J’ai haleté et j’ai senti ma queue sauter. Ses doigts étaient frais, son toucher doux. Après plus d’un mois de désir, j’étais enfin ici avec elle, et elle me touchait, me souriait et me regardait droit dans les yeux avec un regard sexy et pénétrant.

Elle m’a poussé, et avant que je puisse me demander pourquoi, je me suis retrouvé guidé en arrière, vers le coin sombre de la pièce près de la lampe halogène. Son autre main était toujours à ses lèvres, et je n’ai donc pas osé parler pour demander où j’allais ou ce que je devais faire. Je l’ai simplement observée et j’ai attendu. Mon cœur s’emballait.

Le bruit d’Aline ouvrant la porte de la salle de bain m’a ramené à la réalité. Lorsqu’elle est entrée dans la chambre, j’ai été heureuse de voir qu’elle avait retrouvé une grande partie de son équilibre et qu’elle n’était plus bruyante et odieuse. J’étais sur le point de lui dire quelque chose – n’importe quoi pour briser la tension d’être dans cette pièce avec elles deux – mais Aurélie m’a lancé un dernier regard rapide, pas un regard furieux, mais un regard dur qui disait « non », et elle a souligné son doigt pressé contre ses lèvres dans la position « chut ». J’ai obéi sans hésiter. Pendant un long moment, je crois que je n’ai même pas respiré.

Et c’est là que les choses ont commencé à devenir sauvages.

Aurélie s’est éloignée de moi en jetant ses bras en l’air pour attirer l’attention sur elle et loin de moi. Aline l’a rejointe devant le lit et elles sont tombées l’une dans l’autre, s’enlaçant étroitement avec leurs corps et leurs bouches. Elles se sont embrassées passionnément, leurs langues tourbillonnant ensemble et dansant sur leurs lèvres. Aurélie tenait doucement le visage d’Aline dans ses mains, tandis qu’Aline descendait pour frotter les côtes exposées d’Aurélie, puis autour de son cul serré.

Alors qu’elles s’embrassaient, Aurélie les a fait tourner, amenant Aline pour qu’elle soit dos à moi. Puis Aurélie a rompu le baiser et s’est dirigée vers la porte. Elle l’a fermée, bloquant la lumière de l’étage, enveloppant la pièce – et moi – dans une obscurité presque totale.

J’ai soudain su pourquoi Aurélie m’avait mise ici dans le coin et insisté sur mon silence. Elle voulait que je regarde. Ici, dans l’obscurité, j’étais à peine visible, surtout pour une Aline pas si sobre qui n’avait aucune raison de me chercher en premier lieu. Ma queue s’est battue contre le tissu de mon pantalon alors que j’anticipais ce que j’allais voir.

Le clair de lune qui brillait par la fenêtre n’offrait pas les meilleurs détails dans la pièce sombre, mais c’était plus que suffisant pour voir tout ce qui se passait, et mes yeux s’ajustaient à la seconde. J’ai vu les formes sombres d’Aurélie et d’Aline s’embrasser à nouveau. Aline a attrapé le bas du haut d’Aurélie et l’a remonté au-dessus de sa tête, révélant ses seins nus. Elle a posé ses mains sur eux, les frottant doucement alors qu’elle plongeait dans le cou d’Aurélie, suçant et léchant sa peau. Aurélie respirait lourdement maintenant, et Aline a commencé à faire de doux gémissements. Aurélie s’est alors à nouveau détachée, a attrapé Aline par la taille et l’a ramenée sur le lit, restant sur elle pendant tout le trajet.

À peine avait-elle touché les couvertures qu’Aline a retiré son propre haut. Mes yeux étaient suffisamment ajustés pour que je puisse voir qu’elle portait un soutien-gorge, mais Aurélie n’a pas perdu de temps pour l’enlever. Elle l’a lancé droit sur moi, et il m’a frappé à l’aine. Ma queue a palpité au bref contact, mais elle a encore plus gonflé lorsque j’ai aperçu les énormes seins fermes d’Aline. Aurélie devait être tout aussi excitée, car elle s’est jetée sur eux, léchant les mamelons durs et faisant courir ses mains et ses lèvres sur la chair douce qui les entourait.

Elles se sont rapidement remises à s’embrasser profondément, écrasant leurs seins nus l’un contre l’autre et glissant leurs mains partout. Elles se mordillaient les oreilles, se léchaient le cou et se baissaient à tour de rôle pour prendre les tétons de l’autre dans leur bouche et les sucer rapidement. Les seules choses plus bruyantes que leurs gémissements et leur respiration lourde étaient les bruits forts et humides qu’ils faisaient en se régalant de la peau de l’autre.

J’étais tellement excité que j’ai même attrapé ma bite dans mon pantalon, la caressant sans la sortir. J’ai ensuite vu Aurélie se rapprocher de l’oreille d’Aline et elle a murmuré quelque chose. Aline a hoché la tête, et Aurélie a sauté d’elle, a atteint le sol au pied du lit et a attrapé son haut en dentelle. Puis elle l’a fait glisser sur le corps d’Aline, sur son ventre et entre ses seins. Puis elle l’a fait descendre sur le visage d’Aline, lui couvrant les yeux avec, et l’a glissé sous sa tête. C’était un bandeau de fortune !

Je ne savais toujours pas à quoi m’attendre jusqu’à ce qu’Aurélie me regarde et sourit. Elle a recourbé son doigt vers moi, me faisant signe de m’approcher. J’ai obéi, me déplaçant jusqu’à ce que je sois au chevet du lit, à moins d’un mètre d’elle et d’Aline torse nu qui se tortille. Aurélie a pris ma main libre et l’a guidée vers le bas, pas vers elle, mais vers la poitrine gonflée d’Aline. J’étais hésitante face à ce que je savais être à venir, mais j’étais trop excitée pour y réfléchir. Je voulais cela avant de savoir que c’était Aline, je me suis masturbée dessus quand j’ai découvert que c’était Aline, et maintenant mon souhait était exaucé.

J’ai touché la poitrine douce et chaude d’Aline et j’ai failli jouir sur place. Aline a gémi et a poussé sa poitrine vers le haut. J’ai tendu mes doigts, sans la saisir, mais en laissant le bout de mes doigts tracer sa peau. J’ai fait le tour de son mamelon avec eux, me rapprochant progressivement jusqu’à ce que je l’aie dans mes doigts. Il est devenu plus dur, et je l’ai légèrement pincé et tiré. J’ai regardé Aurélie pour avoir son approbation. Elle a juste souri et fait un signe de tête à Aline, qui avait les dents serrées de plaisir.

« S’il te plaît, lèche ma chatte poilue », a dit la voix d’Aline, nous choquant toutes les deux, et j’ai rapidement retiré ma main. C’était une demande désespérée, presque douloureuse. Elle était bien trop remontée pour être patiente. « J’ai besoin de ta langue en moi, bébé ».

Aurélie est redescendue vers l’oreille d’Aline et a chuchoté à nouveau.

« Oh mon Dieu, oui », a gémi Aline. « Oui, s’il te plaît. Fais-le vite. Enlève mon pantalon. »

Aurélie a grimpé sur elle, a retiré ses chaussures et ses chaussettes, puis a détaché son jean. Elles ont travaillé ensemble pour les descendre et les enlever, laissant Aline complètement nue devant moi, à l’exception d’un string foncé. Aurélie s’est empressée d’enlever ses propres chaussures et son pantalon, puis a fait le dernier pas et a également retiré son string moulant. Elle était complètement nue, comme je l’avais déjà vue tant de fois, mais c’était infiniment mieux. De plus en plus audacieux, j’ai baissé mon pantalon jusqu’aux chevilles et je suis sorti discrètement de celui-ci.

Aurélie a commencé à essayer d’enlever le string d’Aline, mais a tâtonné avec, apparemment exprès. Alors qu’Aline bougeait son corps pour l’aider, Aurélie l’a sournoisement guidée plus près du côté du lit où je me tenais. Bientôt, ma queue en érection pendait juste au-dessus de la cuisse d’Aline. Aurélie m’a souri, puis s’est penchée pour embrasser la chatte nue d’Aline. Ses cheveux m’ont à peine effleuré, chatouillant la tête de ma queue.

Au moment où elle a commencé à mordiller la chatte d’Aline, Aurélie a commencé à changer de position, balançant son corps sans bouger ses lèvres de l’entrejambe d’Aline. Elle s’est déplacée pour qu’elles soient dans la même position que celle que j’avais vue plus tôt dans la semaine : le soixante-neuf. Dès qu’Aline a senti la chatte d’Aurélie au-dessus d’elle, elle a plongé, léchant avec avidité et aspirant bruyamment son jus. Aurélie s’est levée et a frissonné, mais elle a léché la chatte d’Aline plus doucement, en mouillant les plis extérieurs de ses lèvres, puis en s’enfonçant plus profondément, et en sondant sa langue à l’intérieur. Puis elle a de nouveau tendu la main vers moi.

Cette fois, je visais le point sensible, et je le savais. J’ai dû placer mon autre main sous la tête de ma queue pour éviter que le pré-cum ne tombe sur Aline et ne gâche tout. Aurélie a conduit ma main juste au-dessus de la chatte d’Aline, puis elle a pris mon index et m’a demandé d’appuyer légèrement sur son clitoris. Il était très humide, et comme Aurélie et moi avons commencé à explorer le reste de cette zone d’Aline, j’ai constaté que tout le reste l’était aussi. Je ne sais pas si cela venait de la salive d’Aurélie ou du sperme d’Aline, mais je m’en fichais. Je voulais sentir à l’intérieur d’elle.

Aurélie s’en doutait aussi, et dès que mon doigt était bon et lubrifié par les jus d’Aline, j’ai commencé à presser lentement mon chemin à l’intérieur d’elle, un centimètre à la fois. Elle était si chaude, si serrée et si mouillée. Alors que je m’enfonçais de plus en plus profondément, Aurélie a gardé sa main sur moi, comme si nous étions une équipe. Mais elle est aussi redescendue pour lécher le clito d’Aline, et j’ai senti sa chatte se resserrer encore plus autour de moi.

Je venais de m’enfoncer profondément à l’intérieur, aussi loin que je pouvais aller, quand Aurélie m’a retiré et a repoussé ma main vers moi, et mon visage. Je savais ce qu’elle voulait, et je le voulais aussi. J’ai ouvert la bouche et pris mon doigt à l’intérieur, puis je l’ai sucé, goûtant le sperme de la chatte de ma propre Aline. C’était si doux et délicieux que je devais en avoir plus. Je devais l’obtenir à la source. Je me suis laissé tomber à genoux et j’ai regardé Aurélie, espérant obtenir son accord pour plonger, mais elle m’a répondu en secouant la tête.

« Oh, putain, » a supplié Aline. « S’il te plaît, n’arrête pas de me lécher. »

Mais Automne a eu une autre idée. Elle est descendue d’Aline et s’est retournée pour lui faire face. Glissant ses propres doigts dans la chatte humide d’Aline, Aurélie s’est penchée vers son visage et a tiré la langue, puis a léché Aline du menton, en passant par ses lèvres, et en remontant le long de sa joue.

« Mmmm… » Aurélie a gémi. Je ne sais pas comment je me suis empêchée de gémir avec elle.

Mais ensuite, Automne m’a regardé et m’a fait un signe de tête. Elle m’a fait signe de répéter ce qu’elle avait fait, et je n’ai pas perdu de temps pour profiter de l’occasion. J’ai lentement fait glisser ma langue dans la bouche d’Aline, goûtant le sperme d’Aurélie sur ses lèvres et son visage. Mais cette fois, Aline nous a surpris tous les deux et elle s’est jetée sur sa propre langue, la frappant contre la mienne de façon ludique. Je me suis rapidement retiré, mais j’avais tellement envie de retourner l’embrasser.

« Je ne supporte plus ces taquineries », a dit Aline. « J’ai besoin que tu me baises maintenant. S’il te plaît, Aurélie. S’il te plaît, baise-moi !

Aurélie m’a montré du doigt le godemiché à double extrémité sur le sol. Je l’ai attrapé et le lui ai proposé, mais elle a secoué la tête et a pointé du doigt la chatte d’Aline qui se bousculait dans l’air. Je me suis relevée et j’ai guidé une extrémité du jouet vers les lèvres de la chatte d’Aline, en le frottant contre elles pour le lubrifier. Aline a gémi et Aurélie a souri en me regardant, hochant la tête. Puis, avec juste assez de force, j’ai poussé la tête dans la chatte d’Aline, et elle s’est fortement tordue contre elle.

« Oh putain oui ! » a-t-elle crié. « Allez ! Baise-moi avec ça. S’il te plaît, baise-moi avec cette grosse bite ! »

Et c’est ce que j’ai fait, je l’ai fait entrer et sortir de sa chatte trempée et elle s’est trémoussée contre elle, sous le regard d’Aurélie assis à côté d’elle. Elle a posé une main sur elle pour m’aider, puis s’est penchée pour chuchoter à nouveau à Aline.

« Oui, j’adore cette queue », a crié Aline. « Tu me baises si bien avec. »

Aurélie a chuchoté quelque chose d’autre.

« Gavin ? » Aline s’est exclamée. J’avais l’impression que j’allais avoir une crise cardiaque. J’étais pris de rouge.

« Tu veux baiser Gavin ? » a-t-elle poursuivi. Le soulagement m’a envahi.

Aurélie a chuchoté à nouveau.

« Oh, moi ? Je ne peux pas le baiser. Il ne me laisserait jamais faire. En plus, il a toute la chatte dont il a besoin. »

Aurélie a continué à fouetter.

« Oh, oui » dit Aline. « S’il pouvait me baiser comme ça, je le ferais. Je baiserais la putain de cervelle de Gavin. »

En entendant cela, j’ai commencé à baiser Aline encore plus fort avec le gode, l’enfonçant profondément en elle avant de le retirer presque complètement, puis de l’enfoncer à nouveau. J’ai regardé le visage d’Aline tordu par un plaisir presque insupportable, puis j’ai regardé Aurélie, espérant qu’elle me donnerait le feu vert et me laisserait faire ce qu’Aline souhaitait apparemment. Mais aussi chanceuse que je sois, on m’a rappelé que j’étais la troisième jambe ce soir. Aline recevait la sienne, j’étais au paradis absolu, et maintenant c’était au tour d’Aurélie.

Aline a crié de plaisir, puis a dit : « Mais pour l’instant, je veux juste te baiser ».

Aurélie avait une longueur d’avance sur elle. Elle s’est déplacée jusqu’au pied du lit, a écarté ses jambes et s’est positionnée devant l’extrémité libre du gode. J’ai volontiers aidé à le faire glisser autour de sa chatte, le rendant humide et glissant avant de le pousser à l’intérieur d’elle. Puis Aurélie a retiré ma main et je les ai regardées faire cavalier seul, baisant le gode fort et vite.

Elles le prenaient profondément, leurs cuisses et leurs fesses claquant bruyamment les unes contre les autres. Leurs seins, dont les tétons pointaient vers le plafond, roulaient d’avant en arrière sur leurs poitrines. Elles se sont mises à transpirer rapidement, haletant et gémissant. Bientôt, elles criaient et Aline suppliait d’aller plus fort et plus vite. Aurélie a attrapé ses seins et a tiré sur ses tétons. Aline a fait bourdonner ses doigts sur son clitoris. Pendant ce temps, je me branlais sur ma propre queue glissante, ne sachant pas trop quoi faire quand je viendrais, mais ne m’en souciant pas beaucoup non plus.

J’étais tellement captivé par la vue de tout ça qu’Aurélie a dû me taper sur la cuisse pour attirer mon attention. Elle a désigné la table de nuit à côté du lit, où j’ai repéré l’objet qu’elle voulait, j’en étais sûr : un flacon de crème hydratante. Je le lui ai tendu juste au moment où le corps d’Aline s’est rigidifié. Elle a haleté et s’est violemment agrippée aux draps du lit.

« Oh putain, j’éjacule ! »

Ces mots ont été plus que suffisants pour envoyer une énorme charge de sperme au bout de ma queue. J’étais sur le point de m’écarter pour essayer de l’attraper, mais Aurélie m’a arrêté et a désigné la poitrine d’Aline. Puis elle a dirigé la crème hydratante vers elle. J’ai su instantanément ce qu’elle avait en tête, et c’était une bonne chose, car j’étais en train de jouir. Je me suis penché sur Aline alors qu’elle convulsait en plein orgasme et j’ai tiré une énorme charge de semence chaude sur ces gros seins. Au même moment, Aurélie a pressé le flacon de crème hydratante et a tiré la glu au même endroit. Ensemble, nous avons peint le ventre et la poitrine d’Aline en blanc. Aurélie a mal jugé une pression, envoyant une boule frapper le cou et le menton d’Aline, et j’en ai profité pour guider mon dernier jet de sperme sur ses lèvres.

Aline et moi avions atteint notre pic et commencions à redescendre, mais Aurélie devait encore finir. Au bord de son propre orgasme, elle a retiré le gode d’Aline mais a continué à se baiser avec. Puis elle a plongé sur Aline, écrasant ses seins dans le mélange glissant de crème et de sperme que nous avions pulvérisé sur elle. Aurélie a glissé de haut en bas sur la poitrine d’Aline, se baisant avec le gode et embrassant Aline passionnément. Puis elle a commencé à jouir, elle aussi. Elle s’est secouée contre le gode, a passé sa main libre sous elle et a frotté les seins glissants d’Aline. Puis elle a embrassé les lèvres pleines de sperme d’Aline et a crié dans sa bouche en jouissant.

Je ne suis pas resté longtemps après, choisissant plutôt de m’échapper à l’abri de la respiration lourde des filles qui luttaient pour retrouver leurs forces. J’ai attrapé mon pantalon, ouvert la porte en silence et suis sorti. J’ai jeté un dernier coup d’œil, espérant que la vue d’Aline nue et d’Aurélie nue sur elle était quelque chose dont j’aurais l’occasion d’être à nouveau témoin très bientôt. En fermant la porte, je me suis convaincu que si je connaissais un tant soit peu Aurélie, ce ne serait pas la dernière expérience excitante que nous partagerions tous les trois.

Baiser une exhibitionniste de 18 ans et sa copine